Les baptistes sont des chrétiens dont les origines remontent très loin. Il a toujours existé des assemblées de type baptiste, c’est-à-dire ayant pour seul chef Jésus-Christ, pour seul fondement les Saintes Écritures, pour seul accès au salut la repentance et la foi, et pour pratique le baptême des croyants. On leur reprochait de former des Eglises indépendantes, de ne pas se soumettre au pape, de ne baptiser que par immersion des adultes croyants et d’enseigner et de traduire la Bible aux fidèles au lieu de les assujettir aveuglément à des dogmes humains.

Dans le livre des Actes des Apôtres et dans d’autres textes des épîtres, nous trouvons tout ce qui est nécessaire pour savoir comment les premiers chrétiens comprenaient l’organisation de l’Église. Le souci primordial des baptistes est d’être conforme à l’Église telle qu’elle apparaît dans le Nouveau Testament. De ce fait, la vraie origine des Eglises Baptistes s’enracine dans le texte fondateur du Christianisme. Leur fondement repose sur la doctrine des Apôtres, même si le nom lui-même n’apparaît qu’au 17e siècle.

D’où viennent les Baptistes

Les Eglises Baptistes sont issues du courant de la Réforme du 16e siècle qui a donné naissance à plusieurs branches qui se sont alors coupées de l’Eglise Catholique : les Eglises Luthériennes, Réformées, Anglicanes sont nées à cette époque.

Au début du 17e siècle existaient en Angleterre des Églises congrégationalistes qui, contrairement à l’Eglise Anglicane officielle, se voulurent indépendantes de l’Etat et lui résistèrent. Suite à des persécutions, certains congrégationalistes anglais se réfugièrent en Hollande. Grâce à des contacts avec une communauté Mennonite, un de ces réfugiés, John Smith, arrive à la conviction que seul le baptême des croyants est conforme à la Bible. Lui et quelques autres sont baptisés par immersion en 1602. John Smith meurt en 1612, mais un de ses amis, Thomas Helwis, retourne en Angleterre pour y fonder la première Eglise Baptiste la même année. Assez rapidement, d’autres Eglises naissent en Angleterre (5 églises en 1626, 47 en 1644).

Selon le pouvoir royal en place, les Baptistes furent soit tolérés, soit persécutés (tout comme d’autres chrétiens non-conformistes en Angleterre). Beaucoup émigrèrent en Amérique, et y implantèrent des Eglises selon leurs convictions. Parmi les premiers émigrés figure Roger Williams, fondateur de la première Eglise Baptiste à Providence dans l’état du Rhodes Island.

Il devint par la suite l’un des inspirateurs de la Charte des États Unis d’Amérique, en particulier en ce qui concerne la liberté religieuse. Toute sa vie, il fut un pionnier dans la lutte pour la liberté de conscience. Aujourd’hui, les Églises Baptistes sont présentes dans la plupart des pays du monde (une centaine de pays). Ces Églises sont souvent le fruit du grand effort missionnaire déployé par les baptistes depuis le 18e siècle et qui continue encore.

Y-a-t-il des différences entre les Baptistes et les Catholiques ?

Les Églises Baptistes sont des Églises chrétiennes évangéliques. Une Église évangélique met l’accent sur le message de l’Évangile et place sa confiance dans la Bible comme son autorité finale en matière de foi et de pratique. En contrepartie, l’Église catholique fonde ses doctrines en partie sur la Bible, mais dans une plus grande mesure sur la tradition, y compris les pratiques, les rituels, les croyances et les systèmes intégrés dans l’Église au cours des siècles.

Cela conduit à plusieurs divergences :

Le salut

La différence la plus importante à considérer est en rapport avec le salut, c’est-à-dire comment peut-on être sauvé et avoir la vie éternelle. C’est le message central de toute la Bible.

Dieu révèle dans sa Parole, la Bible, ce qu’Il a fait pour expier nos péchés afin que nous puissions obtenir le pardon et la vie éternelle. Nous pouvons avoir la vie éternelle seulement en recevant et en croyant en Jésus-Christ (Jean 1:12).

Contrairement à ce que la plupart des religions enseignent, ce salut s’obtient par la foi seulement, et non pas par les œuvres, le baptême, l’amour du prochain, ou la pratique religieuse.

Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le bain de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit. (Tite 3:5)

Les œuvres sont plutôt le résultat et le fruit d’une foi authentique en Christ. Le seul moyen de salut est la foi dans le sacrifice de Jésus à la croix. La Bible enseigne également que celui ou celle qui a connu Jésus comme Sauveur peut avoir une assurance personnelle de la vie éternelle.

Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. (1 Jean 13)

Quelle joie d’avoir une telle assurance ! Par contre, un théologien catholique affirme que ce n’est pas le cas dans l’Église de Rome. « L’être humain, tant qu’il est pèlerin sur cette terre, ne peut affirmer si la fin de toute l’histoire humaine résultera en bénédiction pour lui. » (Karl Rahmer, The Church and the Sacraments p.16)

La source d’autorité dans l’Église

Chacune a son mode de fonctionnement, mais elles s’appuient toutes sur une base biblique pour la question de la vie éternelle. Par contre, il faut se méfier des Églises qui prétendent être chrétiennes, mais qui sont des sectes. Pour ces groupes, l’autorité finale provient soit de leur organisation, des traditions, des signes miraculeux, d’un chef spirituel ou d’autres écrits spirituels en dehors de la Bible. Pour les chrétiens évangéliques, l’autorité est simplement la Bible.

Par exemple, les Témoins de Jéhova se fient aux enseignements de la Tour de Garde et des fondateurs de leur organisation, plutôt qu’exclusivement sur les enseignements de la Bible. Des sites web comme ‘Info-secte’ ont de l’information sur plusieurs des sectes connues aujourd’hui.

Le fonctionnement de l’Église

Pourquoi y a-t-il plusieurs sortes d’Églises chrétiennes ? Souvent la différence est dans le mode de fonctionnement. Les Églises Baptistes sont reconnues pour avoir une approche très démocratique. Ce qui signifie que ce sont les membres qui votent sur les décisions de l’Église, telles que le choix des dirigeants et les questions budgétaires.

Une vie transformée

Il y a beaucoup d’autres différences entre les catholiques et les baptistes. Ces différences touchent de nombreux sujets tels que : la prière, les conducteurs spirituels dans l’Église, le mariage des dirigeants de l’Église, le fonctionnement de l’Église, la forme des rencontres, le repas du Seigneur, le baptême, la confession, le purgatoire, et bien d’autres. Toutes ces différences sont importantes et trouvent des réponses claires dans la Bible.

Mais le sujet le plus important est la question de la vie éternelle. Une fois que cette question est réglée dans notre vie et que nous recevons, par la foi, la vie éternelle, nous pouvons alors découvrir toutes les richesses de la vie chrétienne en étudiant la Bible de façon quotidienne. C’est là que se trouvent les réponses à nos questions.

La plus grande richesse révélée dans la Bible, c’est la vie abondante que Jésus-Christ promet de donner à ceux qui lui appartiennent.

Moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance. (Jean 10:10)

Le croyant qui apprend à connaître Dieu dans les Écritures, obtient le pardon des péchés, la force de pardonner, la confiance face à l’inquiétude, la consolation dans l’épreuve, les promesses de Dieu dans l’adversité et une direction dans la vie.

De plus, Dieu promet de rendre parfaite l’œuvre qu’Il commence dans la vie de ses enfants. (Philippiens 1:7) Voilà ce qui transforme réellement la vie et même la famille du croyant.