Posted on 20, Nov 2017 in Divers

Psaume d’Asaph. Oui, Dieu est bon pour Israël, pour ceux qui ont le cœur pur.
Pour moi, le pied m’a presque manqué, et peu s’en est fallu que mes pas n’aient glissé, car j’ai porté envie aux insensés, voyant la prospérité des méchants. Car ils ne sont point liés jusqu’à leur mort, et leur force est en son entier. Quand les mortels sont en peine, ils n’y sont point; ils ne sont point frappés avec les humains. C’est pourquoi l’orgueil les entoure comme un collier, la violence les couvre comme un vêtement. Leurs yeux sont enflés à force d’embonpoint; les désirs de leur cœur se font jour. Ils sont moqueurs et parlent méchamment d’opprimer; ils parlent avec hauteur. Ils portent leur bouche jusqu’au ciel, et leur langue parcourt la terre. Aussi son peuple en revient à ceci, quand on leur fait boire les eaux amères en abondance, et ils disent: Comment Dieu connaîtrait-il ? Et comment y aurait-il de la connaissance chez le Très-Haut ?

Voici, ceux-là sont des méchants, et, toujours heureux, ils amassent des richesses. Certainement c’est en vain que j’ai purifié mon cœur, et que j’ai lavé mes mains dans l’innocence. Car je suis frappé tous les jours, et mon châtiment revient chaque matin.
Si j’ai dit: Je parlerai ainsi; voici, j’étais infidèle à la race de tes enfants. J’ai donc réfléchi pour comprendre ces choses, et cela m’a semblé fort difficile, jusqu’à ce qu’entré dans les sanctuaires de Dieu, j’ai pris garde à la fin de ces gens-là. Car tu les mets en des lieux glissants; tu les fais tomber dans des précipices. Comme ils sont détruits en un moment ! Enlevés et consumés par une destruction soudaine !

Tel un songe quand on s’éveille, ainsi, Seigneur, à ton réveil tu mets en mépris leur vaine apparence.
Quand mon cœur s’aigrissait ainsi, et que je me tourmentais en moi-même, alors j’étais abruti et sans connaissance; j’étais devant toi comme les bêtes. Mais moi, je serai toujours avec Toi; tu m’as pris par la main droite. Tu me conduiras par ton conseil, puis tu me recevras dans la gloire. Quel autre que Toi ai-je au ciel ? Je ne prends plaisir sur la terre qu’en Toi.
Ma chair et mon cœur défaillaient; mais Dieu est le rocher de mon cœur et mon partage à toujours. Car voici: ceux qui s’éloignent de toi périront. Tu retranches tous ceux qui se détournent de toi. Mais pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien; j’ai placé mon refuge dans le Seigneur, l’Éternel, afin de raconter toutes tes œuvres.
(Psaume 73)

Pourquoi les méchants réussissent-ils ?
C’est le titre que l’on pourrait donner à ce Psaume, et nous allons voir à travers ces versets, que le psalmiste va rendre compte d’une grande tentation contre laquelle il eut à combattre et qui le portait à envier la prospérité des méchants.

Je pense que chacun d’entre nous pourrait se reconnaîtra à travers ces quelques lignes d’Asaph, car qui n’a jamais envier ceux qui réussissait tout en sachant que ce n’était pas toujours honnêtement ?

  • Asaph, va donc commencer par poser un principe auquel il a tenu ferme et qui l’a empêché de tomber dans la tentation.
  • Il explique ensuite comment il en est sorti en remportant la victoire.
  • Et enfin, il nous parlera du profit qu’il retira de cette tentation.

Dans tous les cas, ce que nous pourrons retenir, c’est que les expériences des autres doivent servir à notre propre instruction. Relisons ensemble les versets 1 à 14.

Il peut nous arriver parfois d’envier certaines personnes pour ce qu’elles sont, ou encore pour ce qu’elles ont, et l’on peut connaître la même situation, qu’Asaph qui enviait la prospérité des méchants, c’est-à-dire de ceux qui réussissaient malhonnêtement !

En fait, Asaph était vraiment contrarié, face à la prospérité des méchants, et ce que l’on peut dire, c’est que ce type d’attitude se rencontre fréquemment chez beaucoup de personnes. Alors Asaph va poser un grand principe qui lui permit de se fortifier ; la bonté de Dieu.

Même les croyants les plus fervents peuvent être fortement ébranlés dans leur foi et finir par succomber. Et il y aura toujours des tempêtes qui mettront à rude épreuve le chrétien le plus solide, mais il nous faut savoir que la bonté et la grâce de Dieu seront toujours présentes pour nous relever.

Dans les versets 3 à 7, Asaph disait, Car j’ai porté envie aux insensés, voyant la prospérité des méchants. Car ils ne sont point liés jusqu’à leur mort, et leur force est en son entier. Quand les mortels sont en peine, ils n’y sont point; ils ne sont point frappés avec les humains. C’est pourquoi l’orgueil les entoure comme un collier, la violence les couvre comme un vêtement. Leurs yeux sont enflés à force d’embonpoint; les désirs de leur cœur se font jour.

Asaph nous dit ici que ces hommes et ces femmes, semblent ne pas souffrir des maux que chacun peut connaître ici-bas, mais plus encore, ils vivent sans craindre Dieu, et non seulement ils vivent à leur aise, mais en plus de cela, leurs richesses augmentent comme nous le lisons au verset 12, Voici, ceux-là sont des méchants, et, toujours heureux, ils amassent des richesses.

Asaph semble aussi nous dire au verset 4, que même la mort de ces gens semble être calme !
Mais vous savez, bien souvent l’homme pécheur n’est pas effrayé par les péchés qu’il a commis durant toute sa vie ni même par les conséquences qui en découlent, et bien souvent il meurt sans éprouver d’angoisse.

Mais ce que je peux vous dire, c’est que personne sur cette terre ne peut connaître exactement l’état d’âme d’un mourant, et ce qu’il éprouve face à la mort, parce que seul Dieu sonde les cœurs et les connaît parfaitement !

Versets 15 à 20, Si j’ai dit: Je parlerai ainsi; voici, j’étais infidèle à la race de tes enfants. J’ai donc réfléchi pour comprendre ces choses, et cela m’a semblé fort difficile, jusqu’à ce qu’entré dans les sanctuaires de Dieu, j’ai pris garde à la fin de ces gens-là. Car tu les mets en des lieux glissants; tu les fais tomber dans des précipices. Comme ils sont détruits en un moment ! Enlevés et consumés par une destruction soudaine ! Tel un songe quand on s’éveille, ainsi, Seigneur, à ton réveil tu mets en mépris leur vaine apparence.

Et si je faisais comme eux ?
Qui n’a jamais eu cette idée à l’esprit ? C’est drôle et triste de se dire qu’un jour on a pu penser de cette manière, n’est-ce pas ? Pourtant c’est probablement arrivé à tout le monde !

Pourquoi n’y aurait-il que les méchants, les menteurs, les profiteurs ou tous ceux qui leur ressemble qui profiteraient de la vie de cette manière ?

Peut-être que pour nous aussi notre pied a presque manqué, et peu s’en est fallu que nos pas n’aient glissé, car nous avons porté envie aux insensés, voyant la prospérité des méchants, eux qui ne sont point liés jusqu’à leur mort, et à qui leur force est en son entier.

Et au fur et à mesure que le temps passe, notre langue commence à suivre nos pensées et à dire, Dieu ? Que sait-il ? Celui qui est là-haut comment connaîtrait-Il mes besoins ? Les méchants sont toujours tranquilles, et en plus de cela, ils accumulent les richesses, alors à quoi servirait-il que nous restions droit ? Si Dieu ne s’occupe pas de nous, on le fera nous même !

Là-dessus, je ne peux pas m’empêcher de repenser aux Paroles de notre Seigneur et Sauveur :
Voyez ces oiseaux qui volent dans les airs, ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’amassent pas de provisions dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. N’avez-vous pas bien plus de valeur qu’eux ?

D’ailleurs, qui de vous peut, à force d’inquiétude, prolonger son existence, ne serait-ce que de quelques instants ? Quant aux vêtements, pourquoi vous inquiéter à leur sujet ? Observez les lis sauvages ! Ils poussent sans se fatiguer à tisser des vêtements. Pourtant, je vous l’assure, le roi Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a jamais été aussi bien vêtu que l’un d’eux !

Si Dieu habille avec tant d’élégance la petite plante des champs qui est là aujourd’hui et qui demain sera jetée au feu, à plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas vous-mêmes ? Ah, votre foi est encore bien petite !

Ne vous inquiétez donc pas et ne dites pas: « Que mangerons-nous ? » ou: « Que boirons-nous ? Avec quoi nous habillerons-nous ? »
Toutes ces choses, les païens s’en préoccupent sans cesse. Mais votre Père, qui est aux cieux, sait que vous en avez besoin.

Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus.

Ne vous inquiétez pas pour le lendemain; le lendemain se souciera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Si nous ne voulons pas tomber aussi bas que ces gens d’écrit par Asaph, alors nous aussi nous avons besoin de nous poser, et de considérer la vie que Dieu nous donne !

C’est ce qu’Asaph à fait quand il a considéré sa vie, Si j’ai dit: Je parlerai ainsi; voici, j’étais infidèle à la race de tes enfants. J’ai donc réfléchi pour comprendre ces choses, et cela m’a semblé fort difficile, jusqu’à ce qu’entré dans les sanctuaires de Dieu, j’ai pris garde à la fin de ces gens-là.

Peut-être trouvons-nous certaines choses injustes, dans ce cas, maintenant que nous sommes assis ici dans la maison de notre Père, réfléchissons à tout ce que nous possédons en Jésus-Christ !

Maintenant donc, il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont unis à Jésus-Christ. (Romains 8:1)

Ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature, ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. (Romains 8:39)

Par Lui, nous sommes unis au Christ, qui est devenu pour nous cette sagesse qui vient de Dieu: En Christ, en effet, se trouvent pour nous l’acquittement, la purification et la libération du péché. (1 Corinthiens 1:30)

Maintenant, par la foi en Jésus-Christ, nous sommes tous fils de Dieu. (Galates 3:26)

Et puis réfléchissons au sort qui attend les méchants, Asaph nous dit que Dieu s’occupe d’eux, Il les met sur un terrain glissant et les entraînent vers la ruine, une ruine éternelle !

Nous lisons au verset 18, Tu les mets en des lieux glissants; tu les fais tomber dans des précipices. Comme ils sont détruits en un moment ! Enlevés et consumés par une destruction soudaine !

Nous, nous serons changés en un instant pour ressembler à Jésus-Christ, c’est ce que nous dit la Parole de Dieu, et je le crois fermement, quant à ces gens, eux aussi seront changés en un instant, mais pour être définitivement perdus !

Ces gens sont comme les images d’un rêve qui s’évanouissent dès que sonne le réveil, et au verset 21, Asaph nous décrit son attitude lorsqu’il était tenté de ressembler à ces gens, Quand mon cœur s’aigrissait ainsi, et que je me tourmentais en moi-même, alors j’étais abruti et sans connaissance; j’étais devant toi comme les bêtes.

Pour Asaph, cette tentation de l’envie et du mécontentement, est vraiment difficile à supporter, et en y songeant, il avoue son ignorance et sa folie, face à un tel sentiment, et il en est contrarié. Si donc parfois c’est aussi notre cas, nous devons nous confier en Dieu, nous souvenir de ses promesses envers nous, et nous souvenir de ceux qui semblent réussir en toute chose, mais malhonnêtement !

Asaph cherche à se rapprocher le plus possible de Dieu, et après avoir réfléchis sur qui il était, sur ce qu’il avait et sur la personne de Dieu, il peut dire avec une entièrement confiance, Mais moi, je serai toujours avec Toi; tu m’as pris par la main droite. Tu me conduiras par ton conseil, puis tu me recevras dans la gloire. Quel autre que Toi ai-je au ciel ? Je ne prends plaisir sur la terre qu’en Toi.

Nous avons tout comme Asaph, un rocher qui ne s’effritera jamais, Il est notre bien le plus précieux, quant au bien le plus précieux des méchants, que ce soit l’or, l’argent, les terres, la possession ou tout autre chose, il faut savoir que tout cela n’est que provisoire, mais notre bien à nous, notre trésor est quant à lui éternel !

Mais pour moi, m’approcher de Dieu, c’est mon bien; j’ai placé mon refuge dans le Seigneur, l’Éternel, afin de raconter toutes tes œuvres.

 

PDF Audio Video