Posted on 6, Nov 2017 in Divers

Un romancier raconte l’histoire d’un personnage qui a commis un meurtre. Hanté par son acte coupable, il commence à entendre les battements du cœur de sa victime qu’il a enterrée dans son sous-sol. Il est couvert de sueurs froides en entendant les battements de ce cœur qui n’en finissent pas. Pour finir ces battements lui font perdre la raison, ne réalisant pas qu’ils ne provenaient pas du corps dans le sous-sol, mais de son propre cœur dans sa poitrine.

Il en est ainsi de toute conscience qui n’a pas été délivrée de sa culpabilité et qui n’a pas été pardonnée. Ce matin je voudrais apporter une suite au message que nous avons vu ensemble la semaine dernière, ce message qui nous parlait du sentiment de culpabilité.

Regardez avec moi le Psaume 32.
Heureux celui dont la transgression est pardonnée, et dont le péché est couvert!
Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas l’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude!
Quand je me suis tu, mes os se sont consumés, et je gémissais tout le jour. Car, jour et nuit, ta main s’appesantissait sur moi; ma vigueur se changeait en une sécheresse d’été. Je t’ai fait connaître mon péché, et je ne t’ai point caché mon iniquité.

J’ai dit: ‘Je confesserai mes transgressions à l’Éternel’; et tu as ôté la peine de mon péché. C’est pourquoi tout fidèle t’invoquera au temps qu’on te trouve; et quand les grandes eaux déborderaient, seul il n’en sera pas atteint. Tu es ma retraite; tu me garantis de la détresse, tu m’environnes de chants de délivrance.

Je te rendrai intelligent, m’a dit l’Éternel, je t’enseignerai le chemin où tu dois marcher; je te conduirai; mon œil sera sur toi. Ne soyez pas comme le cheval et comme le mulet sans intelligence, dont il faut serrer la bouche avec un mors et un frein, de peur qu’ils n’approchent de toi. Beaucoup de douleurs atteindront le méchant; mais la grâce environnera celui qui se confie en l’Éternel.

Justes, réjouissez-vous en l’Éternel, et vous égayez! Chantez de joie, vous tous qui avez le cœur droit!

A partir de ce psaume, nous allons rechercher ce matin, quelques conseils pour que nos âmes puisse trouver la paix et la délivrance, si elles en ont besoin. Le psaume 32, a été écrit par le roi David après tant de lutte contre une culpabilité manifeste. Dans les deux premiers versets, David expose le bonheur du pécheur auquel Dieu a accorder son pardon.

Dans les versets 3 à 7, il veut nous encourager en décrivant sa propre misère qui a précédé et la consolation qui a suivi la confession de ses péchés. Et enfin, dans les versets 8 à 11, il invite les pécheurs à la repentance et il exhorte les chrétiens à se réjouir en Dieu. Je voudrais utiliser le Psaume 32, pour en retirer au moins quatre étapes qui vont nous aider à retrouver la délivrance pour nos âmes quand nous nous sentons coupable.

La première chose à connaître, c’est la source de sa culpabilité.
Qu’est-ce que la culpabilité ? Le Larousse nous donne cette définition : sentiment d’une personne qui se juge coupable.

La semaine dernière nous avons parlé de la fausse culpabilité et de la vraie. Cette mauvaise culpabilité, que nous avons appelée, la culpabilité nuisible, celle qui vient de Satan. Et puis nous avons aussi vu la vraie culpabilité celle qui vient du Saint-Esprit et que nous avons appelée, la culpabilité efficace.

Des études de psychologie ont mis en évidence que de constantes condamnations venant d’une fausse culpabilité peuvent avoir des effets néfastes et empêcher une personne de vivre normalement. Ca, c’est le travail de celui que la Bible appelle, l’accusateur des frères. Il aime rappeler à Dieu les fautes de Son peuple, ainsi qu’à nous-mêmes, nous faisant croire que nous sommes bon à rien, et que Dieu ne va pas nous pardonner nos péchés.

Et puis il y a la culpabilité efficace, celle qui nous vient du Saint-Esprit, c’est ce que la Bible appelle la conviction de péché. C’est l’action accomplie par le Saint-Esprit sur notre conscience concernant des choses que nous avons faites ou que nous allions faire, et que le Seigneur ne veut pas.

La culpabilité, quoi qu’on en pense, a sa place dans nos vie, tout comme la douleur, elle n’est pas agréable, ça c’est certain, mais elle est utile pour nous prévenir qu’il y a quelque chose qui ne va pas et qu’il faut intervenir.

Qu’elle est la source de la culpabilité ?
Dans les deux premiers versets, nous avons quatre mots qui révèlent la source de la culpabilité.

Transgression : Action de passer au-delà de… c’est franchir une limite interdite. Autrement dit, toute sorte de désobéissance, de péchés.

Péché : Manquer le but exigé par Dieu. Personne n’arrive à être aussi parfait que Dieu l’exige.

Iniquité : Perversité, mal moral. S’exposer à la culpabilité.

Fraude : Action faite avec mauvaise foi dans le but de tromper.

D’après les définitions de ces quatre mots, nous avons tous franchi les limites interdites, que ce soit manquer le but, commis le mal ou encore méprisé la vérité dans une certaine mesure. La Bible nous dit que la réalité du péché, c’est manquer aux exigences de Dieu dans nos pensées, nos paroles ou encore dans nos actes.

Jacques nous dit, Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous. (Jacques 2:10)

Combien faut-il de fissures dans une vitre pour qu’elle soit cassée ?… une seule. Nous n’avons pas besoin de violer toutes les lois du pays pour que la police nous recherche. Une seule fait de nous un transgresseur de la loi. C’est pour cela que l’on peut dire qu’une seule transgression produit la culpabilité. Nous nous sentons coupables parce que nous sommes coupables ! Ce sont de mauvaises nouvelles, mais il y a aussi de bonnes nouvelles !

Dieu désir que je sois heureux en me pardonnant mes fautes. Les gens pardonnés sont les gens les plus heureux. Et il y a un véritable contraste avec les gens coupables qui rejettent Dieu ! En relisant les deux premiers versets, nous comprenons que Dieu nous parle de ce pardon dont nous avons tous besoin et sans lequel nous sommes tous perdus.

Heureux celui dont la transgression est pardonnée, et dont le péché est couvert !

Le péché est la seule cause de notre misère et du sentiment de culpabilité et le pardon de Dieu le commencement du bonheur ! Alors quand notre conscience est réveillée par le Saint-Esprit, nous réaliserons combien le péché nous rend odieux aux yeux de Dieu, mais quand il est pardonné, il est couvert par la justice de Christ pour faire en sorte que Dieu ne soit plus irrité contre nous. Nous ne pouvons pas effacer nos péchés, David disait, Mon péché est continuellement devant moi. (Psaume 51:5)

Quand Dieu pardonne, Il jette nos péchés derrière Lui et ne s’en souvient plus ! Dieu nous dit par la bouche d’Esaïe, C’est moi, c’est moi qui suis l’Éternel, et il n’y a point de Sauveur que moi. (Esaïe 43:11)

Puis Il continue disant, C’est moi, c’est moi qui efface tes forfaits pour l’amour de moi, et je ne me souviendrai plus de tes péchés. (Esaïe 43:25)

Venez maintenant et débattons nos droits, dit l’Éternel. Quand vos péchés seraient comme le cramoisi, ils seront blanchis comme la neige; quand ils seraient rouges comme le vermillon, ils deviendront comme la laine. (Esaïe 1:18)

J’ai effacé tes forfaits comme une nuée épaisse, et tes péchés comme un nuage. Retourne à moi, car je t’ai racheté. (Esaïe 44:22)

Maintenant regardez encore le verset 2, Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas l’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude !

Regardez bien le caractère de celui qui a ses péchés pardonnés. Dans son esprit il n’y a pas de fraude, il n’y a pas de fraude parce qu’il est sincère dans sa repentance. Il s’approche devant Dieu, comme un pécheur qu’il est et s’en remet à Sa miséricorde. Il n’imite pas tous ceux qui parlent de repentance, tout en ayant l’intention de persévérer dans le péché, et il ne se plaît pas non plus dans le péché par le motif que, de toute manière Dieu est prêt à le lui pardonner !

En fait Dieu accomplit en nous une œuvre formidable :
La transgression est remise.
Le péché est pardonné.
L’iniquité n’est pas imputée.

La volonté de Dieu c’est que nous fassions l’expérience du bonheur en étant délivré de la culpabilité. La dette de nos transgressions a été effacée à la croix, et nos péchés sont à présent hors de Sa vue. Notre culpabilité est ôtée et, notre cœur est changé de l’intérieur. Dans notre passage, David nous décrit, d’après son expérience, la condition du pécheur qui voit ses iniquités, mais qui n’a pas encore été amené à en faire la confession avec une vraie repentance.

Regardez les versets 3 et 4, Quand je me suis tu, mes os se sont consumés, et je gémissais tout le jour. Car, jour et nuit, ta main s’appesantissait sur moi; ma vigueur se changeait en une sécheresse d’été.

Malgré cela, nombreux sont ceux qui ne veulent pas écouter leur conscience, et encore moins le Saint-Esprit lorsqu’Il parle.

Les conséquences
Le roi David connaissait les conséquences de sa culpabilité : C’est pour cela qu’il dit, Quand je me suis tu, mes os se sont consumés, et je gémissais tout le jour. Je t’ai fait connaître mon péché, et je ne t’ai point caché mon iniquité. J’ai dit: ‘Je confesserai mes transgressions à l’Éternel’; et tu as ôté la peine de mon péché.

David disait, Tant que je me suis tu… j’étais un perdant. : Mes os se consumaient, je gémissais toute la journée. Pendant un certain temps, David a refusé de considérer la culpabilité de sa faute, et que s’est-il passé ?…

Il a souffert physiquement.
Mes os se consumaient.
Nous n’avons pas besoin d’études pour démontré que ceux qui régularisent leur situation et rejettent ces émotions nuisibles, sont en meilleure santé que les autres.

Il déprimait émotionnellement.
Je gémissais tout le jour.
Un psychiatre dit un jour à Billy Graham, durant une croisade à Londres, que selon lui, 70% de ceux qui sont soignés dans des centres psychiatriques pourraient être immédiatement délivrés s’ils pouvaient trouver le pardon, et être libérés de leur culpabilité.

La main de Dieu s’appesantissait sur lui.
Car, jour et nuit, ta main s’appesantissait sur moi.
Dieu nous aime trop pour nous laisser nous détruire par le péché. Et Il fera tout ce qu’il faut pour réveiller notre conscience.

Sa vie était devenue complètement sèche.
Ma vigueur se changeait en une sécheresse d’été.
Il n’est pas rare, qu’en Orient, toute la surface de la terre soit desséchée et brûlée pendant l’été, et bien la vie de David était ainsi, il était comme un arbre qui n’a plus de sève. Son existence était sous le poids de la culpabilité, et il en est de même de tout homme qui ne confesse pas ses péchés.

Mais David a fait le bon choix, en se tournant vers Le Seul capable d’enlever la culpabilité. Je t’ai fait connaître mon péché, et je ne t’ai point caché mon iniquité. J’ai dit: Je confesserai mes transgressions à l’Éternel; et tu as ôté la peine de mon péché.

Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. (1 Jean 1:9)

Et vous, qui étiez morts à cause de vos fautes, et parce que vous étiez des incirconcis, des païens, Dieu vous a donné la vie avec le Christ. Il nous a pardonné toutes nos fautes. Car il a annulé l’acte qui établissait nos manquements à l’égard des commandements. Oui, il l’a effacé, le clouant sur la croix. (Colossiens 2:13)

Maintenant il y a une décision à prendre. Vous pouvez garder vos péchés et garder ce sentiment de culpabilité, parce que vous êtes coupable ! Ou, au contraire, vous courez aux pieds de Jésus qui a payé pour toutes nos transgressions, et vous en avez terminé avec votre culpabilité !

David fut complètement transformé, au verset 11 il nous dit, Justes, réjouissez-vous en l’Éternel, et égayez vous ! Chantez de joie, vous tous qui avez le cœur droit !

Son fardeau est tombé, et il n’est plus, il ne pèse plus sur sa conscience ! Au début du psaume 32, David, le pécheur repentant et convaincu de son état de misère, célèbre le bonheur de l’homme pardonné, Heureux celui dont la transgression est pardonnée, et dont le péché est couvert ! Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas l’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude !

Puis dans les versets suivants, il avoue tous ses péchés à Dieu, même s’Il les connaît déjà, puis il termine le Psaume en expérimentant ce même bonheur dont il parlait au début, il dit, Tu es ma retraite; tu me garantis de la détresse, tu m’environnes de chants de délivrance. Je te rendrai intelligent, m’a dit l’Éternel, je t’enseignerai le chemin où tu dois marcher; je te conduirai; mon œil sera sur toi.

Souvenez-vous des trois dernières Paroles du Seigneur sur la croix, Tout Est Accompli ! Le pardon de nos péchés, et la délivrance de la culpabilité.

 

PDF Audio Video