Posted on 10, Sep 2017 in Amour pour Dieu

Il y a des thèmes dans la Parole de Dieu sur lesquels nous aimons prêcher, mais que nous pouvons difficilement comprendre, comme par exemple l’amour de Dieu.

En effet c’est avec beaucoup de plaisir que nous pouvons parler et annoncer l’amour de Dieu envers nous, mais pouvons-nous réellement comprendre cet amour ? Pouvons-nous comprendre pourquoi le Seigneur nous a aimé et pourquoi Il continue à nous aimer aujourd’hui encore ?

Si je vous dis cela, c’est parce que je voudrais vous parler, non pas de l’amour de Dieu envers nous, mais de l’amour que nous avons pour Lui, et celui que nous devrions avoir pour Lui.

Pour nous, nous l’aimons, parce qu’Il nous a aimés le premier. Si quelqu’un dit: J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur, car celui qui n’aime point son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? Et nous tenons ce commandement de lui: Que celui qui aime Dieu, aime aussi son frère. (1 Jean 4:19-21)

Le verset 19 nous dit, Pour nous, nous l’aimons, parce qu’Il nous a aimés le premier. Je voudrais donc reposer ma question, de quelle nature est notre amour pour Dieu, avons-nous un amour ardent pour lui, ou est-ce plutôt un amour tiède ? A quoi ressemble mon amour en tant qu’enfant de Dieu ? A quoi ressemble notre amour en tant qu’Eglise ?

Ecris aussi à l’ange de l’Église de LAODICÉE: Voici ce que dit l’Amen, le Témoin fidèle et véritable, le Principe de la création de Dieu:
Je connais tes œuvres; je sais que tu n’es ni froid ni bouillant.
Oh ! Si tu étais froid ou bouillant !
Ainsi, parce que tu es tiède, ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.
Car tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et tu ne connais pas que tu es malheureux, et misérable, et pauvre, et aveugle, et nu.
Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, pour devenir riche, et des vêtements blancs, pour être vêtu, et que la honte de ta nudité ne paraisse point, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.
Je reprends et je châtie tous ceux que j’aime; aie donc du zèle, et te repens.
(Apocalypse 3:14-19)

Comme je vous le disais, notre Dieu nous aime d’un amour incompréhensible et incommensurable, Il aime des êtres aussi fragiles que nous. Et pourtant nous, ces êtres si fragiles, nous oublions trop souvent que nous pouvons mourir à tout instant, et malgré cela nous persistons à aimer notre petite vie, qui n’est qu’une vapeur ici-bas, plus que Dieu !

Alors pour répondre à la question, comment est notre amour pour Dieu, posons-nous quelques questions.

Notre relation avec Dieu a-t-elle réellement changé notre manière de vivre ? Sommes-nous satisfaits d’être suffisamment croyants pour aller au ciel ? Et enfin, vous avez certainement entendu cette célèbre phrase sortir de la bouche de tant de personnes, Je suis chrétien, mais non pratiquant !

N’y aurait-il pas comme une grossière erreur dans ces mots ? Je suis chrétien, mais non pratiquant ! Le véritable chrétien peut-il être non pratiquant ? Est-ce qu’un bon feu de bois sera froid quand vous plongerez votre main dedans ? Avez-vous déjà tenté de tenir une braise que vous venez de sortir du feu dans le creux de votre main sans vous bruler ?

Le Seigneur disait à l’Eglise de Laodicée, Je connais tes œuvres; je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Oh ! Si tu étais froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, ni froid, ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.

A quoi ressemblent les chrétiens tièdes ? Sommes-nous des chrétiens tièdes pour le Seigneur, sommes-nous une Eglise tiède ? Pour répondre à ces questions nous allons tenter de décrire ce à quoi ressemblent les chrétiens tièdes afin de nous examiner nous-mêmes, et nous examiner en tant qu’Eglise.

Et le Seigneur dit: Puisque ce peuple s’approche de moi de sa bouche, et qu’ils m’honorent de leurs lèvres, mais leur cœur est éloigné de moi; puisque la crainte qu’ils ont de moi n’est qu’un commandement enseigné par des hommes. (Esaïe 29:13)

Les chrétiens tièdes sont ceux qui viennent à l’Eglise très régulièrement, parce que c’est ce que l’on attend d’eux. Ils ne chercheront pas à s’investir dans la vie de l’Eglise, ne prendront aucune responsabilité, mais en plus ils ne seront pas les derniers à râler quand quelque chose ne va pas !

Ce peuple s’approche de moi de sa bouche, mais leur cœur est éloigné de moi. En tant que bons chrétiens, ils viennent à l’Eglise, mais leur cœur est resté à la maison.

Les chrétiens tièdes sont ceux qui donnent de l’argent à l’Eglise, aussi souvent que cela ne les empêche pas de vivre, ou aussi longtemps que cela n’empiète pas sur leur train de vie. Alors que Jésus était dans le temple, nous l’entendons dire en, Ayant levé les yeux, Jésus vit des riches qui mettaient leurs offrandes dans le trésor du temple. Il vit aussi une pauvre veuve qui y mettait deux pites. Et il dit: Je vous dis en vérité, que cette pauvre veuve a plus mis que personne. Car tous ceux-là ont mis, dans les offrandes de Dieu, de leur superflu, mais celle-ci y a mis de son nécessaire tout ce qu’elle avait pour vivre. (Luc 21:1-4)

Combien de fois pouvons-nous tomber dans le piège de dire que Dieu aime celui qui donne avec joie, quand on se contente simplement de donner de notre superflu ? N’est-il pas plus facile de donner au Seigneur un petit excédent qui ne nous coutera rien, plutôt que de Lui donner ce qui doit Lui revenir ?

J’aime beaucoup l’exemple de David, quand il doit construire un autel à l’Eternel, dans l’aire d’Ornan, le Jébusien, nous lisons cette histoire en 1 Chroniques 21:21-25.

Et David vint vers Ornan; et Ornan regarda, et, ayant vu David, il sortit de l’aire, et se prosterna devant David, le visage contre terre. Alors David dit à Ornan: Donne-moi la place de cette aire, et j’y bâtirai un autel à l’Éternel; donne-la-moi pour le prix qu’elle vaut, afin que cette plaie soit arrêtée de dessus le peuple. Mais Ornan dit à David: Prends-la, et que le roi mon seigneur fasse ce qui lui semblera bon. Voici, je donne les bœufs pour les holocaustes, les instruments à fouler le blé, au lieu de bois, et le froment pour l’offrande; je donne tout cela.

Le roi David dit à Ornan: Non, mais je veux l’acheter ce que cela vaut; car je ne présenterai point à l’Éternel ce qui est à toi, et je n’offrirai point un holocauste qui ne me coûte rien. David donna donc à Ornan pour cette place, en sicles d’or, le poids de six cents sicles.

Les chrétiens tièdes se reconnaîtront aussi quand ils sont devant un choix à faire et qu’ils choisissent ce qui est souvent le plus populaire plutôt que ce qui est juste. Les chrétiens tièdes se soucieront souvent plus de ce que les autres peuvent penser, plutôt de ce que Dieu peut penser d’eux ! Et pourtant connaissons-nous l’avertissement du Seigneur Lui-même quand Il nous dit, Malheur à vous, lorsque tous les hommes diront du bien de vous; car leurs pères en faisaient de même aux faux prophètes. (Luc 6:26)

Ou encore ces paroles que l’on retrouvent en Matthieu, Ils font toutes leurs actions, afin que les hommes les voient; car ils portent de larges phylactères, et ils allongent les franges de leurs vêtements, ils aiment les premières places dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues. (Matthieu 23:5-7)

N’oublions pas que si les hommes regardent ce qui se voit, Dieu regarde le cœur !

Les chrétiens tièdes sont ceux qui peuvent vivre avec leurs péchés sans que cela ne les dérange. Ils sont comme ces personnes qui ne haïssent pas vraiment leurs péchés et qui de toute manière ne sont pas vraiment repentant.

En fait, ils vivent leur nouvelle vie, comme ils vivaient l’ancienne, comme nous le dit Paul. Que dirons-nous donc ? Demeurerons-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Nullement ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore en lui ? (Romains 6:1-2)

Les chrétiens tièdes sont ceux qui sont touchés par le travail des autres chrétiens, c’est-à-dire qu’ils seront dans l’admiration pour le travail accomplie pour l’œuvre de Christ, mais eux-mêmes ne s’engageront pas plus que nécessaire !

Jacques nous dit, Mettez en pratique la Parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. (Jacques 1:22)

Et que nous dit la Parole de Dieu concernant notre travail pour Lui ? Ecoutez donc cette parabole que l’on trouve en Matthieu 21:28-31.

Mais que vous semble-t-il de ceci ? Un homme avait deux fils, et, s’adressant au premier, il lui dit: Mon fils, va, et travaille aujourd’hui dans ma vigne. Mais il répondit: Je ne veux point; cependant, s’étant repenti ensuite, il y alla. Puis il vint au second, et lui dit la même chose. Celui-ci répondit: J’y vais, seigneur; mais il n’y alla pas.
Lequel des deux a fait la volonté du père ? Ils lui dirent: Le premier.

Lequel de ces fils sommes-nous envers notre Père céleste ? Quelle est la nature de notre amour pour Dieu, est-il tiède ou brûlant pour Lui ?

Demandons au Seigneur de nous sortir de notre propre satisfaction, car c’est au Seigneur que nous devons ressembler et nous comparer, et non pas aux autres frères et sœurs.

 

PDF Audio Video