Posted on 14, Mai 2017 in Jean, Les Evangiles

Après avoir étudié les 3 premiers Evangiles, et nous être penché sur les miracles du Seigneur, nous allons poursuivre avec l’Evangile de Jean.

Il faut savoir que cet Evangile est considéré par beaucoup comme étant le livre le plus profond et le plus spirituel de la Bible. C’est d’ailleurs dans cet Evangile que Christ donne de Lui-même et de Dieu une révélation beaucoup plus complète que les 3 autres Evangiles.

A travers l’Evangile de Jean nous retrouvons les Paroles du Seigneur quand Il nous parle de sa personne et de ses attributs, mais aussi de sa divinité et de l’œuvre pour laquelle Il est venu.

De nombreux récits n’appartiennent qu’à cet évangile comme les noces de Cana, l’entrevue avec Nicodème, la Samaritaine, le paralytique de la piscine de Bethesda, la guérison de l’aveugle de naissance, la résurrection de Lazare, le lavement des pieds et plusieurs récits d’apparitions de Jésus après la Pâques.

De plus l’évangile de Jean rapporte de nombreux et longs discours de Jésus qui ne figurent pas dans les autres Evangiles, parmi ceux-ci on retrouve les, « Je suis » du Seigneur.

Je suis le pain de vie, celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. (Jean 6:35)

Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. (Jean 8:12)

En vérité, en vérité je vous dis, que je suis la porte des brebis. (Jean 10:7)

Je suis la porte, si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé, il entrera et sortira, et trouvera de la pâture. (Jean 10:9)

Je suis le bon berger, le bon berger donne sa vie pour ses brebis. (Jean 10:11)

Je suis la résurrection et la vie, celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. (Jean 11:25)

Je suis le chemin, la vérité et la vie, personne ne vient au Père que par moi. (Jean 14:6)

Je suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. (Jean 15:1)

Je suis le cep, et vous les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, porte beaucoup de fruit, car sans moi, vous ne pouvez rien faire. (Jean 15:5)

Lorsque l’on pense aux premiers jours des apôtres auprès de Jésus-Christ, la première chose que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’étaient pas très convaincus par les Paroles de Christ. Mais plus le temps passait, plus ils étaient convaincus ! Dans ce sens on pourrait se poser quelques questions, comme par exemple :
D’où leur est venue leur conviction à son sujet ?
Pourquoi ont-ils cru qu’Il était Dieu ?
Pourquoi ont-ils été convaincus que le Seigneur était capable de changer leur vie ?

A ces questions, nous pouvons apporter deux raisons, ils ont cru d’une part à cause de ce que Jésus a dit de Lui-même, et d’autre part à cause de la qualité de sa vie ! Les apôtres ont observé la vie du Fils de Dieu, et n’ont pu y trouver aucune autre explication !

Il était bien Celui qu’Il prétendait être, et aujourd’hui rien n’a changé, Il est toujours le même, toujours près et toujours capable de changer notre vie ! Aucune des circonstances que vous traversez ou que vous avez traversées n’est dû au hasard, et si Jésus-Christ tient dans sa main l’univers tout entier afin de le diriger comme Il le veut, sachez qu’Il est capable de tenir aussi votre vie dans sa main.

Maintenant il se peut que vous vous posiez une question, Est-ce que je dois voir la main de Dieu, même derrière les déceptions que je peux connaître durant notre vie ?

Et bien je dirais oui. Oui, car nous voyons comment Dieu a conduit toutes choses dans la vie de Job. Job était un homme qui craignait Dieu, il était intègre et droit, et pourtant il a tout perdu ! Il a perdu sa santé, sa réputation et sa famille. La Bible nous dit que Job se leva, déchira son manteau, se rasa la tête, et il se jeta par terre, et il se prosterna, et il dit: Nu je suis sorti du ventre de ma mère, et nu j’y retournerai, l’Éternel a donné, l’Éternel a ôté, que le nom de l’Éternel soit béni !
En tout cela, Job ne pécha point, et n’attribua rien de mauvais à Dieu.
(Job 1:20-22)

Qui parmi nous pourrait dire en toute sincérité, L’Eternel a donné, l’Eternel a repris: que l’Eternel soit loué, lorsque les choses ne tournent pas forcément très bien ? Dieu, dans sa grande sagesse et sa grande providence, permit toutes sortes d’épreuves de s’abattre sur cet homme de Dieu. Job a connu la perte de tous ses biens, celle de ses enfants, de sa santé, de son influence et de sa position.

En fait, à la lecture de ces chapitres, nous voyons Dieu révéler à Job son absolue souveraineté, sa sagesse et sa sainteté infinie, mais aussi son dessein immuable, son autorité totale et son règne éternel et universel sur la planète l’a plus éloignée de l’univers comme sur le plus petit des atomes ! Nous y voyons aussi son règne sur toutes les créatures et sur leurs actions.

Puis arrive cette formidable confession de Job au chapitre 42:1 à 6.
Je sais que tu peux tout, et qu’on ne saurait t’empêcher d’accomplir un dessein.
« Qui obscurcit mes plans sans science ? » J’ai parlé et je ne comprenais pas, ce sont des choses trop merveilleuses pour moi, et je ne les connais point.
« Écoute donc et je parlerai, je t’interrogerai et tu m’instruiras. »
Mes oreilles avaient entendu parler de Toi, mais, maintenant, mon œil t’a vu.
C’est pourquoi je me condamne et je me repens, sur la poussière et sur la cendre.

Je sais que tu peux tout. Voilà quelle a été la leçon que Job a appris durant ses épreuves. Le Seigneur est omnipotent, Il sait tout, connait tout, et vous connait parfaitement ! C’est ce que nous retrouvons dans l’Evangile de Jean avec la Samaritaine.

Il (Jésus) arriva donc à une ville de Samarie, nommée Sichar, près de la terre que Jacob avait donnée à Joseph son fils.

Là était la fontaine de Jacob. Jésus donc, fatigué du chemin, s’assit sur la fontaine, c’était environ la sixième heure. Une femme samaritaine étant venue pour puiser de l’eau, Jésus lui dit: Donne-moi à boire. Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.
La femme samaritaine lui répondit: Comment, toi qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ? (Car les Juifs n’ont point de communication avec les Samaritains).

Jésus répondit et lui dit: Si tu connaissais le don de Dieu, et qui est celui qui te dit:
Donne-moi à boire, tu lui demanderais toi-même, et Il te donnerait de l’eau vive.
La femme lui dit: Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond, d’où aurais-tu donc cette eau vive ?
Es-tu plus grand que Jacob notre père, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ?
Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif, mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura plus jamais soif, mais l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle.
(Jean 4:5 à 14)

En lisant ce passage nous comprenons vite que le but du Seigneur était d’amener cette femme à réfléchir sur sa vie. Le Seigneur a su toucher son cœur par des paroles directes et parfaitement simples. Et si la femme ne comprit pas les paroles étranges, mais combien vraies, que le Seigneur prononça au début de leur conversation, c’est parce qu’elle ne voyait pas le sens spirituel. Alors Jésus va adopter une autre méthode, Il va parler de choses et employer des mots qu’elle allait comprendre.

Reprenons le début de la conversation, au verset 10 nous lisons, Si tu connaissais le don de Dieu, et qui est Celui qui te dit: Donne-moi à boire, tu lui demanderais toi-même, et Il te donnerait de l’eau vive.

L’eau vive… vous êtes vous déjà poser la question de savoir ce qu’était cette eau vive dont Jésus parle, et dont nous avons tellement besoin ? A votre avis pourquoi les gens d’aujourd’hui sont-ils toujours insatisfaits ? On a beau posséder beaucoup de choses de ce monde, nous avons toujours soif pour davantage !

Voila pourquoi Jésus dira à la femme Samaritaine, Quiconque boit de cette eau aura encore soif, mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura plus jamais soif, mais l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle.

Il y a 20 ans de cela, on pouvait dire qu’une personne était heureuse quand elle avait un toit, de quoi manger et de quoi s’habiller et en règle générale c’était vrai, mais aujourd’hui ce n’est plus le cas, en effet nous pouvons posséder le toit, de quoi manger et de quoi s’habiller, il nous manque toujours quelque chose !

C’est ce que le Seigneur disait, Quiconque boit de cette eau [que le monde donne] aura encore soif [et ne serait jamais satisfait], mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura plus jamais soif [car il aura tout ce qu’un Homme désir].

L’eau que Jésus donne satisfera tous nos besoins, même les plus profonds, c’est pour cela qu’Il nous dit, Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Écriture. (Jean 7:37)

Cette eau vive représente la grâce qui allait jaillir du sacrifice que le Seigneur allait subir sur la croix. C’est une eau vivante qui répand la vie autour d’elle. Elle est puissante, elle n’est ni intermittente, ni tarissable.

Et seul Jésus peut faire don de cette eau vive, car vous ne l’a trouverez qu’auprès de Lui. En Jean 6:35 Jésus nous dit encore, Je suis le pain de vie, celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif.

Ce verset répond à la question de la samaritaine, D’où aurais-tu donc cette eau vive ? Aujourd’hui encore Jésus a toute puissance pour sauver les pécheurs et cette puissance provient de sa nature divine, du fait que Dieu Lui ait confié la mission de sauver son peuple.
Elle provient également de son œuvre rédemptrice, de l’intercession que Jésus fait constamment monter vers son Père en faveur des siens.

La conclusion de ce dialogue entre Jésus et la samaritaine, c’est que Jésus peut non seulement bénir encore aujourd’hui, mais Il peut aussi vous changer votre vie. Il ne change pas et en Lui seul se trouve la source de cette eau vive, et Il est encore en mesure d’étancher notre soif aujourd’hui même.

Il n’attend rien de nous, pour la simple raison que nous ne pouvons rien Lui apporter, mise à part notre misère, nos fardeaux, nos peines, nos questions et surtout nos péchés. Il est la seule et unique source de cette eau vive qui coule abondamment, jusqu’à la fin des temps.

Quiconque boit de cette eau [que le monde donne] aura encore soif [et ne serait jamais satisfait], mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura plus jamais soif [car il aura tout ce qu’un Homme désir], l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle.

Le Seigneur savait que cette femme avait besoin de son pardon et de repartir de zéro, elle avait besoin d’un nouveau cœur et d’un nouveau commencement. Si elle se tournait vers Lui et recevait l’eau de la vie qu’Il se proposait de Lui donner, elle prendrait un nouveau départ !

Et comme le Seigneur ne change pas, Il dit aujourd’hui encore à tous ceux qui entendent ces paroles que chacun a besoin de son pardon et de repartir de zéro, tous les pécheurs ont besoin d’un nouveau cœur et d’un nouveau commencement.

Seul Jésus-Christ peut enfouir votre passé et effacé vos fautes, c’est pour cela que la Samaritaine retourna chez elle pour dire à tous qu’elle venait de rencontrer le Sauveur qui Lui avait révélé tout ce qu’elle avait fait dans le passé.

Alors la femme laissa sa cruche, et s’en alla à la ville, et dit aux gens:
Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Christ ?
Ils sortirent donc de la ville, et vinrent vers Lui.
(Jean 4:28-30)

Or, plusieurs Samaritains de cette ville-là crurent en Lui, à cause de la parole de la femme qui avait rendu ce témoignage: Il m’a dit tout ce que j’ai fait.
Les Samaritains étant donc venus vers Lui, le prièrent de demeurer chez eux; et Il y demeura deux jours.
Et un plus grand nombre crurent à cause de sa prédication.
Et ils disaient à la femme: Ce n’est plus à cause de ton récit, que nous croyons; car nous avons entendu nous-mêmes, et nous savons que celui-ci est véritablement le Sauveur du monde, le Christ.
(Jean 4:39-42)

Alors à votre tour ce matin si vous connaissez la même soif que la samaritaine, n’attendez pas plus longtemps pour lui dire, Seigneur, donne-moi de cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici.

Tournez-vous vers Lui, faites de Jésus votre Seigneur et Sauveur, et repartez de zéro.

 

PDF Audio Video