Posted on 25, Avr 2017 in Les Evangiles, Luc

Ce matin nous allons poursuivre notre étude de l’Evangile de Luc, et nous allons revenir sur le passage en Luc 7 que nous avons commencé à étudier il y a 15 jours.

Nous avions dans un premier temps, examiner ce passage avec les yeux et le cœur du monde et nous avions tiré plusieurs enseignements de ce récit comme par exemple le jugement que nous pouvons avoir vis-à-vis d’une personne qui ne nous semble pas très fréquentable.

A présent je voudrais examiner ce même passage mais cette fois-ci avec les yeux et le cœur du Seigneur afin de comprendre, si on le peut, quel est l’amour de Jésus envers nous qui sommes pécheur.

Puis dans un second temps, nous allons voir comment et envers qui se manifestent l’amour et le pardon de Dieu.

Et enfin quelles sont les conséquences de cet amour et du pardon.

Un pharisien ayant prié Jésus de manger chez lui, il entra dans la maison du pharisien, et se mit à table.
Et une femme de la ville, qui était de mauvaise vie, ayant su qu’Il était à table dans la maison du pharisien, y apporta un vase d’albâtre, plein de parfum.
Et se tenant derrière, aux pieds de Jésus en pleurant, elle se mit à lui arroser les pieds de ses larmes, et elle les essuyait avec les cheveux de sa tête, elle lui baisait les pieds, et les oignait de parfum.
Le pharisien qui l’avait convié, voyant cela, dit en lui-même: Si cet homme était prophète, Il saurait qui est cette femme qui le touche, et qu’elle est de mauvaise vie.
Alors Jésus, prenant la parole, lui dit: Simon, j’ai quelque chose à te dire.
Et il lui répondit: Maître, dis-le.

Un créancier avait deux débiteurs, l’un devait cinq cents deniers, et l’autre cinquante.
Et comme ils n’avaient pas de quoi payer, il leur remit à tous deux leur dette.
Dis-moi donc, lequel des deux l’aimera le plus ?
Simon répondit: J’estime que c’est celui à qui il a le plus remis. Jésus lui dit: Tu as fort bien jugé.
Alors, se tournant vers la femme, il dit à Simon: Vois-tu cette femme ? Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as point donné d’eau pour me laver les pieds, mais elle a arrosé mes pieds de larmes, et les a essuyés avec ses cheveux.
Tu ne m’as point donné de baiser, mais elle, depuis que je suis entré, n’a cessé de me baiser les pieds.

Tu n’as pas oint ma tête d’huile; mais elle a oint mes pieds d’une huile odoriférante.
C’est pourquoi je te le dis, ses péchés, qui sont en grand nombre, lui ont été pardonnés; car elle a beaucoup aimé; mais celui à qui on pardonne peu, aime peu.
Puis il dit à la femme: Tes péchés te sont pardonnés.
Et ceux qui étaient à table avec Lui se mirent à dire en eux-mêmes: Qui est celui-ci, qui même pardonne les péchés ?
Mais Il dit à la femme: Ta foi t’a sauvée, va-t’en en paix.
(Luc 7:36 à 50)

Quand nous avons commencé à étudier ce passage, nous avons dit que, selon le monde, nous pouvions retrouver deux personnes bien distinctes, un homme bien, et une femme de mauvaise vie.

Il y a celui qui pourrait être considéré aux yeux du monde comme quelqu’un de bien, un homme de valeur, quelqu’un d’honnête, de droit et de respectable.

La seconde personne est celle qui aux yeux du monde n’est pas fréquentable, on n’ose pas la regarder, lui parler et encore moins la toucher, parce que c’est une personne de mauvaise vie !

Le problème de penser de cette façon, c’est que l’on s’éloigne de ce que Jésus est venu faire, et qui Il est venu chercher !

On oublie ses Paroles que l’ont retrouvent en Marc 2:17, Ce ne sont pas ceux qui sont en bonne santé qui ont besoin de médecin, mais ceux qui se portent mal, je suis venu appeler à la repentance non les justes, mais les pécheurs.

Et c’est exactement ce que nous retrouvons dans notre passage ce matin, Simon le bien portant, qui selon lui n’a pas besoin de médecin, et la pécheresse qui vient dans une véritable repentance implorer le pardon du Seigneur.

Si cet homme était prophète, Il saurait qui est cette femme qui le touche, et qu’elle est de mauvaise vie.

Une femme de mauvaise vie

Aux yeux du monde et aux yeux de Jésus cette pauvre femme était immorale, mais ce qui la différencie de Simon, c’est qu’elle est venue telle qu’elle est, et elle se prosterna aux pieds du Seigneur parce qu’elle connaissait réellement l’état de son cœur et de son âme. Très certainement elle n’avait jamais mis les pieds dans une synagogue, la plupart des gens la regardaient de haut, comme pour dire, quelle femme horrible !

Et elle dans son coin devait se sentir bien seule et abandonnée. Ses nuits devaient être chargée d’une mauvaise conscience, c’est très certainement pour cela qu’elle se retrouve chez Simon le pharisien ! Et je voudrais revenir sur le verset 37 et sur deux mots essentiellement, et une femme de la ville, qui était de mauvaise vie, ayant su qu’Il était à table dans la maison du pharisien, y apporta un vase d’albâtre, plein de parfum.

Cette femme a entendu parler de Jésus, quelqu’un lui a dit qu’Il n’était pas loin, on lui a même peut-être dit où elle pouvait Le trouver ! Et savez-vous pourquoi elle se rend auprès de Lui ? Parce qu’elle à entendu dire qu’Il ne jetait pas un regard méprisant sur des gens comme elle !

Elle a surement vu les vies changées, elle savait que Jésus était prêt à parler de Dieu à n’importe qui, aux bons comme aux mauvais, aux pauvres comme aux riches, et même à elle ! Elle était maintenant convaincue que Jésus s’intéressait plus à sauver des gens perdus qu’à côtoyer ceux qui s’imaginaient assez bons.

En prenant conscience que Jésus était venu pour sauver des gens comme elle, des larmes montèrent à ses yeux, il se peut même qu’avant cela elle avait une image de Dieu qui n’était pas la bonne ! Peut-être avait-elle à l’esprit l’enseignement des pharisiens et toutes ces œuvres que les gens comme elle devaient accomplir pour plaire à Dieu !

Jamais elle ne s’était imaginée pouvoir être pardonnée par Dieu grâce à ses œuvres ! Et pourtant elle va recevoir ce qu’elle n’attendait plus, le pardon. Avant cela elle vivait et elle se voyait comme une femme pécheresse, à jamais incapable de payer son entrée au ciel. Mais le Seigneur est justement venu payer ce qu’elle ne pouvait payer.

Imaginez donc sa réaction en apprenant que Jésus se rendait dans la maison de Simon le pharisien, peut-être pouvait-elle Le voir. En même temps elle savait très bien que Simon chez qui Jésus se rendait serait écœuré et en colère si elle entrait chez lui, mais cela ne l’a pas arrêtée, elle s’était décidée à le faire !

Elle entra donc chez Simon, avec probablement déjà les larmes aux yeux, elle était tellement émue qu’elle se mit à pleurer, et comme elle était aux de Jésus ses larmes tomba sur ses pieds et elle les essuya avec ses cheveux avant d’y verser un parfum de grand prix.

Vois-tu cette femme ? lui dit Jésus, Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as point donné d’eau pour me laver les pieds, mais elle a arrosé mes pieds de larmes, et les a essuyés avec ses cheveux.
Tu ne m’as point donné de baiser, mais elle, depuis que je suis entré, n’a cessé de me baiser les pieds.
Tu n’as pas oint ma tête d’huile; mais elle a oint mes pieds d’une huile odoriférante.
C’est pourquoi je te le dis, ses péchés, qui sont en grand nombre, lui ont été pardonnés; car elle a beaucoup aimé; mais celui à qui on pardonne peu, aime peu.
Puis il dit à la femme: Tes péchés te sont pardonnés.

Quelles sont donc les conséquences de cet amour et du pardon ?

Au lieu de se réveillée avec sa conscience qui l’a condamnait, et ce à juste titre, elle pouvait commencée la journée avec une pleine confiance dans le Seigneur. Elle ne craignait plus le regard des autres, car celui qui lui était le plus important était maintenant le regard du Seigneur, un regard rempli d’amour et de compassion, et ce même regard est aussi pour vous ce matin.

Cette femme vivait avec un fardeau trop lourd pour elle, et il se peut qu’un jour elle est entendue les Paroles du Seigneur quand Il disait, Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. (Matthieu 11:28-29)

Du repos pour mon âme, c’est ce dont j’ai tellement besoin, mais est-ce que moi aussi je peux venir ? C’est peut-être la pensée qui lui passa par l’esprit, c’est peut-être une question que vous vous posez pour vous-même, est-ce que moi aussi je peux connaître personnellement le repos de mon âme, et puis-je recevoir le pardon de Dieu ?

La réponse se trouve dans les Paroles mêmes du Seigneur, Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.

 

PDF Audio Video