Posted on 26, Mar 2017 in Les Evangiles, Les miracles de Christ, Marc

La semaine dernière nous avons commencé à parler du miracle que Jésus va faire envers la fille de Jaïrus, nous avons passé un certain temps à savoir qui était Jaïrus, quelle était sa fonction et son autorité, ce qu’il pouvait attendre de Christ et enfin pourquoi il venait voir Jésus ?

Puis nous avions suivi avec cette autre question, quelle doit-être l’attitude du pécheur qui désire s’approcher de Jésus ?

Ce matin nous allons poursuivre notre étude de la Parole de Dieu et je vous invite à chercher Marc 5.
Jésus étant repassé dans la barque à l’autre bord, une grande foule de peuple s’assembla auprès de Lui et Il était près de la mer.
Et un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, vint, et l’ayant vu, se jeta à ses pieds, et le pria instamment, disant: Ma petite fille est à l’extrémité; viens lui imposer les mains, afin qu’elle soit guérie, et elle vivra.
Et Jésus s’en alla avec lui, et Il fut suivi d’une grande foule, qui Le pressait.
Alors une femme malade d’une perte de sang, depuis douze ans, qui avait beaucoup souffert entre les mains de plusieurs médecins, et qui avait dépensé tout son bien sans en avoir reçu aucun soulagement, mais qui était plutôt allée en empirant, ayant entendu parler de Jésus, vint dans la foule par-derrière, et toucha son vêtement.
Car elle disait: Si je touche seulement ses vêtements, je serai guérie.
Et au même instant la perte de sang s’arrêta; et elle sentit en son corps qu’elle était guérie de son mal.

Aussitôt Jésus, connaissant en Lui-même la vertu qui était sortie de Lui, se tourna dans la foule, en disant: Qui a touché mon vêtement ?
Et ses disciples lui dirent: Tu vois que la foule te presse et tu dis: Qui m’a touché ?
Et Il regardait tout autour, pour découvrir celle qui avait fait cela.
Alors la femme, effrayée et tremblante, sachant ce qui avait été fait en sa personne, vint et se jeta à ses pieds, et lui dit toute la vérité.
Et Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t’a guérie; va-t’en en paix, et sois délivrée de ta maladie.

Comme Il parlait encore, des gens du chef de la synagogue vinrent lui dire: Ta fille est morte; ne donne pas davantage de peine au Maître.
Aussitôt que Jésus eut entendu cela, il dit au chef de la synagogue: Ne crains point, crois seulement.
Et Il ne permit à personne de le suivre, sinon à Pierre, à Jacques et à Jean, frère de Jacques.
Étant arrivé à la maison du chef de la synagogue, il vit qu’on y faisait un grand bruit, et des gens qui pleuraient et qui jetaient de grands cris.
Et étant entré, Il leur dit: Pourquoi faites-vous ce bruit, et pourquoi pleurez-vous ?
L’enfant n’est pas morte, mais elle dort.
Et ils se moquaient de Lui; mais les ayant tous fait sortir, Il prit le père et la mère de l’enfant, et ceux qui étaient avec Lui, et Il entra dans le lieu où elle était couchée.
Et l’ayant prise par la main, il lui dit: Talitha coumi; c’est-à-dire: Petite fille, lève-toi, je te le dis.

Aussitôt la petite fille se leva et se mit à marcher, car elle était âgée de douze ans. Et ils furent dans un grand ravissement.
Et Il leur commanda fortement que personne ne le sût; et Il dit qu’on donnât à manger à la petite fille.
(Marc 5:21-43)

Comme nous l’avons relevé la semaine dernière, si Jaïrus vient se prosterner aux pieds de Jésus, c’est parce qu’il a réalisé que Lui-seul pouvait venir guérir sa fille de 12 ans. Et avant d’aller plus loin dans cette étude de la Parole, je dirais que ce sont tous les hommes, nous y compris qui ont ce même besoin que Jaïrus, que ce soit pour nous-mêmes ou pour nos proches, chaque être humain à besoin de Jésus comme son Seigneur et Sauveur !

Le contexte de notre passage nous indique donc que Jaïrus vient se jeter aux pieds de Jésus, il Lui explique pourquoi il est là et Le supplie de venir sans tarder guérir sa fille. Puis au verset 24, nous voyons Jésus et Jaïrus, suivis par la foule prendre la route de la maison où se trouve la petite fille, Jésus s’en alla avec lui, et Il fut suivi d’une grande foule, qui Le pressait.

Mais voici qu’une femme vient interrompre la marche de Jésus, cette femme est malade depuis 12 ans, elle ne cherche pas à parler à Jésus, elle ne va pas l’interpeler, et encore moins Le toucher, car elle est impure à cause de sa maladie, Marc nous dit qu’elle avait beaucoup souffert entre les mains des différents médecins, il nous dit aussi qu’elle a dépensé tout son argent, mais que rien ni personne avait pu faire quelque chose pour elle, bien au contraire, nous lisons au verset 26 que son état avait empiré.

Attardons-nous 2 minutes sur cette femme, et posons-nous une question simple. Combien de personnes connaissez-vous qui ont besoin du Seigneur ? Si je vous pose cette question c’est simplement parce qu’une courte phrase retient mon attention au verset 27, ayant entendu parler de Jésus, elle vint.

Pourquoi est-elle venue au Seigneur ? Parce qu’elle a entendu parler de Lui ! Pourquoi est-elle venue vers Jésus ? Parce qu’elle avait la ferme assurance que Lui seul pouvait faire quelque chose pour elle ! Si je touche seulement ses vêtements, je serai guérie.

Pensons à parler toujours plus du Seigneur à nos proches, nos amis, nos voisins, car c’est de Lui dont ils ont besoin sans même le savoir.

Maintenant revenons à la requête de Jaïrus, ma petite fille est à l’extrémité; viens lui imposer les mains, afin qu’elle soit guérie, et elle vivra.

Comme nous l’avons vu, Jésus commence à marcher avec Jaïrus, puis intervient cette femme malade, Jésus s’arrête et Il passe un certains temps avec elle, mais pourquoi Jésus s’attarda t-Il, alors que plus loin une petite fille est gravement malade ? Essayez d’imaginer le stresse et la peur qui montent petit à petit dans le cœur de Jaïrus, pensez un instant au cœur de la maman restée à la maison et qui voit partir sa petite fille vers une mort certaine parce que Jésus n’arrive pas !

Pour elle et pour son mari, les secondes ressembles à des heures, jusqu’au moment où la petite meurt. Il est maintenant trop tard, la maman envoi un messager dire à Jaïrus, ta fille est morte; ne donne pas davantage de peine au Maître.

Posons-nous cette question que l’on se pose souvent y compris pour notre propre vie, pourquoi Jésus tarde t-Il ? Pourquoi Jésus permet-Il que la petite meurt, pourquoi permet-Il des évènements dans notre vie, évènements que nous ne voulons pas ?

La première chose que nous pouvons dire, c’est que Jésus savait quelle allait être la réaction de Jaïrus à l’arrivée du messager annonçant la mauvaise nouvelle.
Donc pourquoi Jésus tarde t-Il à venir ? Parce que Jésus allait faire un miracle plus grand encore que celui demandé par Jaïrus ! La demande initiale de Jaïrus est la suivante, ma petite fille est à l’extrémité; viens lui imposer les mains, afin qu’elle soit guérie, et elle vivra.

Jaïrus demande une guérison, que va faire Jésus ? Une résurrection ! Combien de fois demandons-nous au Seigneur d’intervenir dans un domaine bien particulier pour nous-mêmes ou pour une personne pour qui nous prions ? Pourtant nous avons l’impression que le Seigneur ne nous entend pas, ou à l’exemple de Jaïrus, tarde à venir ?

Bien souvent, et je le comprends, nous voulons que Jésus intervienne tout de suite lorsque nous Lui demandons quelque chose, mais nous devons savoir qu’Il n’interviendra pas toujours tout de suite, bien souvent il nous manque deux choses essentielles à nos demandes, la foi et la patience !

Retenez bien les 5 paroles que le Seigneur adresse à Jaïrus alors qu’il vient d’apprendre que sa fille vient de mourir, ne crains point, crois seulement.

Pourquoi Jésus tarde t-Il à venir ? Parce qu’en ramenant la petite fille à la vie, il va prouver à Jaïrus, ainsi qu’à nous, que si nous savons Lui faire confiance, rien ne Lui sera impossible !

Etant arrivé à la maison du chef de la synagogue, il vit qu’on y faisait un grand bruit, et des gens qui pleuraient et qui jetaient de grands cris.
Et étant entré, Il leur dit: Pourquoi faites-vous ce bruit, et pourquoi pleurez-vous ?
L’enfant n’est pas morte, mais elle dort.
Et ils se moquaient de Lui; mais les ayant tous fait sortir, Il prit le père et la mère de l’enfant, et ceux qui étaient avec Lui, et Il entra dans le lieu où elle était couchée.
(Marc 5:38-40)

En arrivant à la maison, Jésus entend et voit tous ces gens présents pleurant et se lamentant, puis Il va dire quelque chose que personne n’attendait, l’enfant n’est pas morte, mais elle dort.

Ces paroles de Jésus indiquent comment Il considère la mort, en fait Jésus est en train de leur dire, pourquoi pleurez-vous, ne savez-vous pas que j’ai le pouvoir sur la mort ? En règle générale personne n’aime parler de la mort, pourtant pour le chrétien, la mort n’est rien d’autre qu’un sommeil, en effet dès que notre corps meurt, notre âme se retrouve en la présence du Seigneur.

Mais dans le cas de cette jeune fille, sa mort est pour la gloire de Dieu. Pensez à cette scène, vous êtes là présent dans la maison et sur un lit se trouve le corps sans vie d’une fillette, le Seigneur s’approche d’elle, Il lui prend la main et lui adresse une parole simple et douce, Talitha coumi, petite fille, lève-toi.

Nous avons ici encore une leçon à retenir, quand tout le monde autour de nous affirme que tout est fini, qu’il n’y a plus rien à espérer, qu’il n’y a plus d’espoir, sachons entendre la voix du Seigneur qui nous dit avec douceur, ne crains pas, crois seulement.

Alors que nous enseigne la puissance et le miracle de Jésus ? Quels points communs, quels parallèles pouvons-nous trouver entre la jeune fille et nous ?

1. La jeune fille était une fillette toute simple, complètement anonyme, sans aucune importance, sauf pour sa famille, et pourtant, malgré le fait qu’elle soit sans importance, le Seigneur se rend chez elle non pas pour la guérir, mais pour la ramener à la vie.

De la même manière, nous non plus nous n’avons pas beaucoup d’importance pour le monde qui nous entoure, sauf pour nos proches, pourtant Jésus porte un amour tout particulier pour nous, au point qu’Il accepta de donner sa vie pour nous sur la croix. Sa bonté, sa miséricorde et sa compassion sont telles que sa grâce nous atteint ou que nous soyons, qui que nous soyons et aussi bas que nous soyons tombés !

2. La petite était bel et bien morte, et que nous déclare la Bible en ce qui concerne le pécheur ?

Car il n’y a point de distinction, puisque tous ont péché, et sont privés de la gloire de Dieu. (Romains 3:23)

Le salaire du péché, c’est la mort. (Romains 6:23)

La petite avait besoin du Seigneur qui ressuscite les morts pour revenir à la vie, de la même manière le pécheur qui ne connait pas personnellement Jésus-Christ est mort à cause de ses péchés, et il a besoin du Seigneur pour recevoir la vie éternelle et le pardon des péchés.

En vérité, en vérité je vous dis, que celui qui écoute Ma Parole, et qui croit à Celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle, et il ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. (Jean 5:24)

3. C’est dans le secret de la chambre que Jésus rendit instantanément la vie à la petite fille. Il fera exactement la même chose envers celui qui reconnait ses péchés, se repend et qui place sa confiance et sa foi en Lui. Le salut n’est pas une longue et difficile route remplie d’obstacle, vous n’aurez pas besoin de faire pénitence, c’est le Seigneur qui opère toutes choses dans le salut à l’exemple de la jeune fille, pensez-vous que le Seigneur à demandé à la fillette de l’aider à la ressuscitée ? Non Il a simplement dit, Talitha coumi, ce qui veut dire, petite fille, lève-toi. Et elle se leva !

Si vous demandez à Jésus de vous sauver de la perdition éternelle, si vous implorez son pardon, alors sachez qu’Il le fera si vous avez un cœur sincère et honnête.

 

PDF Audio Video